vendredi 23 février 2018

Festival de bruyères à l’Éden du Voyageur en février.


Les bruyères darleyensis ne craignent pas le froid. Issues du croisement des bruyères d’Écosse et des bruyères des Alpes, elles fleurissent de décembre à mars quelles que soient les conditions météo.
La bruyère de Méditerranée (en fond d'image) est moins rustique, les températures sous les -10 C lui sont fatales. Le littoral breton lui convient parfaitement. Seule exigence, comme toutes les autres bruyères, elle demande une taille annuelle après la floraison pour rester compacte.
la blanche Diosma hirsuta  vient de la province du Cap et supporte de courtes gelées. Un peu plus frileux, le bleu Limonium perezii des Canaries demande la protection d'une serre hors gel en hiver. En récompense, il fleurira toute l'année sans discontinuer.

Des Canaries également mais beaucoup plus résistante au froid, Isoplexis canariensis, une sorte de digitale orange à feuillage persistant qui fleurit toute l'année par vagues successives. Celles de l’Éden du voyageur sont issues de semis.
Février est également le mois où s'épanouissent à Belle-Île les Isoetes hixtris et les dernières Ophioglosses du Portugal. Ces plantes minuscules sont appréciées des seuls connaisseurs, proches des fougères, font partie du règne végétal depuis 350 millions d'années. Ce sont des plantes très rares au nord de la Loire mais abondantes à Belle-Île.


Ouverture prévue de l’Éden du voyageur le 2 avril à 10h30.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire